Travaux pratiques : la performativité des objets

P1200469.JPG

Depuis quelque temps, j’ai installé mon tapis de yoga et certains équipements de mise en forme dans l’atelier. Ces objets sportifs côtoient des prototypes, des accumulations de matériaux, des images imprimées et des objets sculpturaux. Cet espace partagé entre la création et la mise en forme m’inspire de nouveaux dispositifs de mise en espace et de nouvelles stratégies permettant d’engager la participation et la cocréation.

P1200494.JPG
P1200501.JPG

Les matériaux et les objets s’empilent dans l’atelier en prévision d’une résidence à Circa. Certains de ces éléments sont issus d’une collecte de matériaux résiduels à l’Université du Québec à Montréal, d’autres proviennent de résidus d’oeuvres ou ont été trouvés dans différents contextes. Certains des matériaux sont transformés pour former de nouveaux objets s’apparentant à des prototypes ou à des fragments de maquettes. Cette collection sera le point de départ de mes nouvelles explorations.

P1200505.JPG

Dans le cadre de cette résidence à Circa qui durera tout l’été, je travaillerai en collaboration avec des étudiantes de l’École des arts visuels et médiatiques de l’UQAM afin d’explorer des interactions diversifiées avec des matériaux et des objets. L’objectif est de réaliser des documents photographiques et vidéographiques pouvant mener à la réalisation d’autres œuvres telles que des livres d’artistes ou des installations documentatives.

P1200506.JPG

En continuité avec ces explorations, je souhaite expérimenter des mises en espace qui repensent notre rapport à la matérialité en intégrant différents documents et objets. Les principes d’accumulation matérielle, de multiplication et de médiatisation de l’information visuelle seront au centre de ces explorations.

Expérimentations : gravure écoresponsable

P1200481.JPG

Il y a deux semaines, j’ai suivi une formation passionnante sur la gravure écoresponsable avec Elmyna Bouchard à L’imprimerie centre d’artiste. Depuis, j’ai décidé d’investiguer davantage afin d’expérimenter les possibilités et les limitations du vernis BIG, les méthodes alternatives de dégraissage et de nettoyage ainsi que l’impression avec les encres Caligo pour la gravure en creux et en relief.

Application de réserves au café (eau+ café)

Application de réserves au café (eau+ café)

Le vernis BIG a été inventé par Andrew Baldwin. Il est une alternative moins toxique au vernis conventionnel qui contient notamment de l’arsenic, du mercure et beaucoup d’autres produits toxiques. Le vernis BIG est principalement composé d’encre. Selon Baldwin, il est très polyvalent et permet d’expérimenter de nombreux effets différents sur sa plaque de gravure : vernis dur, vernis mou, photogravure, réserve au café, etc. Ce vernis est notamment utilisé à la School of Art University d’Aberystwyth depuis 2002 et a été adopté par de nombreux autres ateliers d’impression privés et éducatifs à travers le monde. Si mes expérimentations sont concluantes, j’aimerais bien implanter ces procédés à l’École des arts visuels et médiatiques (UQAM) afin de réduire la toxicité et l’empreinte écologique de la pratique et de l’enseignement de la gravure.

Jusqu’à présent, j’ai rencontré quelques difficultés dans la cuisson du vernis. Je me questionne également sur la faisabilité de certaines images qui nécessitent plusieurs niveaux d’aquatinte (réserve acrylique au air brush) sans le retrait du vernis BIG. Mes expérimentations sont à poursuivre.

Application du vernis BIG qui doit être cuit afin de bien adhérer à la plaque.

Application du vernis BIG qui doit être cuit afin de bien adhérer à la plaque.

Retrait des zones avec les réserves au café.

Retrait des zones avec les réserves au café.

Application du vernis  Stop Out  (réserve acrylique alternative à l’asphaltum) en cours de morsure.

Application du vernis Stop Out (réserve acrylique alternative à l’asphaltum) en cours de morsure.

Pour ce qui est des méthodes de dégraissage, j’ai été agréablement surprise par l’efficacité du mélange sauce soya et carbonate de calcium. Outre l’odeur de mets chinois cheap, cette méthode est vraiment plus efficace que l’utilisation du vinaigre!

Tests d’impression : première épreuves encre noire et verte

Tests d’impression : première épreuves encre noire et verte

Les encres Caligo en creux fonctionnent très bien. Ces encres sont à base d’huile végétale et se lavent à l’eau savonneuse. L’essuyage et le nettoyage sont faciles et la qualité des premières images est belle. Je dois cependant imprimer davantage pour constater l’ensemble des possibilités et contraintes (contraste, brillance, mouillage des papiers, etc.). Je vais poursuivre mes explorations et je vais bientôt expérimenter l’impression de bois gravé avec les encres en relief. À suivre!

Bois gravés en cours de production

Bois gravés en cours de production

Pour plus d’informations sur les procédés d’impression moins toxiques et écoresponsables, visitez le site de Zea Mays Printmaking.