Travaux pratiques : la performativité des objets

P1200469.JPG

Depuis quelque temps, j’ai installé mon tapis de yoga et certains équipements de mise en forme dans l’atelier. Ces objets sportifs côtoient des prototypes, des accumulations de matériaux, des images imprimées et des objets sculpturaux. Cet espace partagé entre la création et la mise en forme m’inspire de nouveaux dispositifs de mise en espace et de nouvelles stratégies permettant d’engager la participation et la cocréation.

P1200494.JPG
P1200501.JPG

Les matériaux et les objets s’empilent dans l’atelier en prévision d’une résidence à Circa. Certains de ces éléments sont issus d’une collecte de matériaux résiduels à l’Université du Québec à Montréal, d’autres proviennent de résidus d’oeuvres ou ont été trouvés dans différents contextes. Certains des matériaux sont transformés pour former de nouveaux objets s’apparentant à des prototypes ou à des fragments de maquettes. Cette collection sera le point de départ de mes nouvelles explorations.

P1200505.JPG

Dans le cadre de cette résidence à Circa qui durera tout l’été, je travaillerai en collaboration avec des étudiantes de l’École des arts visuels et médiatiques de l’UQAM afin d’explorer des interactions diversifiées avec des matériaux et des objets. L’objectif est de réaliser des documents photographiques et vidéographiques pouvant mener à la réalisation d’autres œuvres telles que des livres d’artistes ou des installations documentatives.

P1200506.JPG

En continuité avec ces explorations, je souhaite expérimenter des mises en espace qui repensent notre rapport à la matérialité en intégrant différents documents et objets. Les principes d’accumulation matérielle, de multiplication et de médiatisation de l’information visuelle seront au centre de ces explorations.

Nouvelles recherches

Travaux pratiques  dans l’atelier, hiver 2019

Travaux pratiques dans l’atelier, hiver 2019

Ma thèse est déposée. La machine paysage est de retour à l’atelier. Une pause de diffusion est planifiée dans les prochains mois pour laisser place à de nouvelles recherches, à de nouvelles créations. Après 20 ans de pratique, un moment d’introspection est nécessaire… Un ménage s’est d’abord imposé dans l’atelier. Des espaces ont été aménagés pour réfléchir, pour lire, pour dessiner, pour peindre, pour tester de nouveaux dispositifs. Je dois cependant résister à la productivité imposée par la carrière artistique afin que de nouvelles questions émergent, de nouveaux désirs aussi.

Artéfact de Travaux pratiques, hiver 2019

Artéfact de Travaux pratiques, hiver 2019

Actuellement, j’ai envie de me plonger dans une réflexion autour du processus de gestion matérielle. Par exemple, comment les gestes de triage, de transformation, d’archivage et de classement peuvent développer une expérience esthétique, voire poétique? En continuité avec l’utilisation du blogue, le processus de création et sa documentation seront au centre de mes préoccupations. J’envisage un retour au livre d’artiste, à l’animation, le développement de multiples collaborations et la réalisation de dispositifs intégrants différents médias. L’enseignement et le développement de méthodes pédagogiques intégrant la cocréation seront également fondamentaux pour l’évolution de ma pratique. Avec ce nouveau départ, je reviens donc à l’essentiel, à ce qui est vraiment important pour moi : créer, enseigner et partager!

Test de projection, hiver 2019

Test de projection, hiver 2019

La machine paysage : reconfiguration

Je travaille sur une nouvelle version de l'installation La machine paysage. J'ai débuté ce projet depuis plus d'un an déjà. Une première phase a été présentée dans l'exposition collective Espace imprimé, espace ouvert à la Maison de la culture du Plateau-Mont-Royal cet été. Dans ce projet, j'assume davantage l'aspect évolutif et la nécessité d'une production sur plusieurs années afin de faire évoluer ma réflexion sur la représentation et l'expérience du paysage. Dans ce contexte, La machine paysage est plus qu'une simple installation, c'est une réflexion sur mon processus de création et mes modes de production.

Plan préparatoire pour l'exposition à la Maison de la culture   Ahuntsic à l'automne 2017

Plan préparatoire pour l'exposition à la Maison de la culture Ahuntsic à l'automne 2017

À la manière d'un laboratoire, l'oeuvre se déclinera en deux espaces-temps. Tout d'abord, une section mettra en espace la conception et la production des modules sous la forme d'un cabinet de curiosités abstraites rappelant à la fois l'univers scientifique et architectural. Dans un deuxième temps, l'installation se déplora à la manière d'un jardin où différents systèmes entrent en interaction à travers un parcours expérientiel. J'entrevois La machine paysage comme un projet fondateur à partir duquel viendront se greffer d'autres projets basés sur la documentation et la fabrication de prototypes.

Espace laboratoire : esquisse préparatoire pour l'exposition à la Maison de la culture   Ahuntsic à l'automne 2017

Espace laboratoire : esquisse préparatoire pour l'exposition à la Maison de la culture Ahuntsic à l'automne 2017

Vue d'ensemble : esquisse préparatoire pour l'exposition à la Maison de la culture   Ahuntsic à l'automne 2017

Vue d'ensemble : esquisse préparatoire pour l'exposition à la Maison de la culture Ahuntsic à l'automne 2017

Vue d'ensemble : esquisse préparatoire pour l'exposition à la Maison de la culture   Ahuntsic à l'automne 2017

Vue d'ensemble : esquisse préparatoire pour l'exposition à la Maison de la culture Ahuntsic à l'automne 2017

Mur végétal en papier : esquisse préparatoire pour l'exposition à la Maison de la culture   Ahuntsic à l'automne 2017

Mur végétal en papier : esquisse préparatoire pour l'exposition à la Maison de la culture Ahuntsic à l'automne 2017